Marché de la viande bovine en france

Organisation économique du la filière des jeunesse bovins de race jusqu’à viande

1. La viande bovine, produit des élever laitiers et allaitants

2. Organisation géographique du la département des jeunes élevages race jusquà viande en France

3. Organisation de marché : offre et demande, rouleau des intermédiaires

4. Implication aux la filière à lintérieur la lutte contre l’antibiorésistance

Matériel et méthodesRésultats

1. Résultats descriptifs

2. Description des caractéristiques des transactions pour le marlet des broutards rang implications

Volumes ns broutards échangés

Le recours ns commerciaux

Le niveau ns formalisation

Les préférences des éleveurs

3. Transmission ns l’information und l’évaluation ns la qualités des broutards

4. Le laffaire particulier des naisseurs-engraisseurs

Conclusion"/>
Navigation – Plan de site
Économie rurale

Agricultures, alimentations, territoires


AccueilNuméros368Faits rang chiffresLe merl des broutards en France...

Vous lisez ce: Marché de la viande bovine en france


trouvé


Sommaire - documentation précédent
368|Avril-juin 2019 : Varia
Faits et chiffres
ns marché des broutards en France. Organisation du la filière, transmission de l’information et qualités
The français weanling market: Organization ns the sector, informations transmission, et quality
Axelle Poizat, apôtre Duvaleix-Treguer, Arnaud Rault et Florence Bonnet-Beaugrand
p. 107-127
https://doi.org/10.4000/economierurale.6814
Résumé| Index| Plan| Notes ns l’auteur| Texte| Bibliographie| Annexe| Notes| Citation| Auteurs

Résumés


Français English

La département française viande ns jeunes bovins du boucherie mâles orient la dabord productrice d’Europe. Cet article s’intéresse plus spécifiquement jusquà la la faculté des jeunes bovins mâles ns boucherie de race jusqu’à viande et à la structuration aux la filière en France. Cet éléments résulte d’une interviewé auprès d’acteurs du la filière et déclarant (i) l’organisation ns marché des broutards entré élevage naisseurs et engraisseurs, spécifiant le rôle clef des intermédiaire commerciaux ; (ii) les caractéristiques des tâche (modes aux coordination verticale, préférences des éleveurs) ; rang (iii) les facteurs d’incertitude convectif la traçabilité (sanitaire notamment) liés à les organisation.


The french young male beef cattle ar has auto highest fabriquer in Europe. This article focuses specifically nous the sector ns young male du bœuf cattle et the organization du this sector in France. Nous conducted a survey amongst producers and commercial intermediaries to examine how the supply chain organization effet information transmission and health management practices. This article explains: (i) the organization ns the weanling marché (and thé paramount duty of commercial intermediaries); (ii) auto characteristics de the transaction (vertical coordination, farmers’ preferences); (iii) The information transmission et quality standards du weanling health administration practices.


Haut de page

Entrées d’index


Mots-clés :

jeunes bovins mâles de boucherie, broutards, organisation aux filière, information, négoce, santé animale, transmission ns l’information

Keywords :

young male beef cattle, weanlings, it is provided chain organization, pet health, informations transmission, information, trade

Index JEL :

D82 - Asymmetric and Private Information, L15 - Information and Product Quality; Standardization and Compatibility, L22 - certain Organization and Market Structure: sectors vs. Hierarchies; verticale Integration; Conglomerates
Haut de page

Plan


Organisation économique ns la conférenciers des jeunesse bovins aux race jusqu’à viande
1. La viande bovine, produisit des bétail laitiers et allaitants
2. Organisation géographique de la filière des jeunes élevages race à viande en France
3. Organisation ns marché : servir et demande, rôle des intermédiaires
4. Implication ns la filière à lintérieur la lutte anti l’antibiorésistance
Matériel und méthodes
Résultats
1. Résultats descriptifs
2. Description des caractérise des transactions d’environ le marché des broutards et implications
Volumes ns broutards échangés
Le recours de commerciaux
Le niveau de formalisation
Les préférences des éleveurs
3. Transmission ns l’information et l’évaluation ns la qualités des broutards
4. Le laffaire particulier des naisseurs-engraisseurs
Conclusion
Haut ns page

Notes ns l’auteur

Les auteur tiennent jusquà remercier Baptiste Cornette convectif sa dintervention au terrain d’enquête. Ce action a reçu le assisté du lémission PSDR convecteur et pour le développement régional dénormes Ouest parrainer par l’INRA ; l’IRSTEA ; les Régions Bretagne, Pays de la Loire, la normandie et nouvelle Aquitaine ; Agrocampus-Ouest dans le projet SANT’Innov und l’École nationale excellent vétérinaire via d’un thèse d’université en Formation continuez par la recherche.


Texte intégral


PDF 1021k Signaler ce document

1La conférenciers viande bovine français fait affronter à d’importants défis pour le maintien de sa compétitivité et ns préservation aux revenu des éleveurs. Nom de famille évolue dedans un contexte ns marché fluctuant en raison aux tendances nouvelles de ns demande, d’une concurrence internationale accrue sur les marchés laitier et viande, et ns risques sanitaires de répercussions fortes d’environ les marchés. La département viande bovine française dorient la plus importante en Europe ; eux représente 19 % du la production européen à 28 pays (CNE rang IDELE, 2018). Bon que sa consommation interne et externe tende jusqu’à s’éroder depuis 2010 (- 7 % en 6 ans) en raison de facteurs économique (baisse ns pouvoir d’achat des ménages) und de nouvelles tendances société (vieillissement du la population, révision des habitudes du consommation, décrément en cause du l’élevage) (Dimon et al., 2017), le solde commercial aux la la france est positif (+ 810 millions d’euros en 2015), avec l’Italie bénéficie destination majeur des exports (77 % des entrecoupées italiens en 2015) (Chatellier, 2017), même aucas la demande italienne reflue en 2018 (CNE rang IDELE, 2019). Das prix ns marché du la viande en leurope  sont soumis jusqu’à des une variante importantes, notamment ns fait des répercussions des aléas du la conjoncture ns marché laitier. De plus, les marché du la viande est marqué par ns demande croissante des client pour des produit issus aux modes de production concède respectueux ns l’environnement (Mathé et al., 2014) ; les ventes de viande bio ont notamment obtenir une augmentation de 13 % entré 2016 rang 2017 (Chever et al., 2018). ça tendance traduit ns demande sociétale concernant la réduit de l’usage d’intrants chimiques du synthèse, dont les intrants médicamenteux en élevage, et pour lesquels esquive filières agricoles doivent innover dedans leurs modes de production. En particulier, cette démontré plus l’augmentation ns l’antibiorésistance jai évolué en parallèle aux l’utilisation des antibiotiques (Chantziaras et al., 2014). La réduction d’usage d’antibiotiques en élevage est par conséquent un enjeu du santé publique.


2La département bovin viande est par conséquent soumise à ns obligation du s’adapter à une conjoncture complexe. Une des voies d’adaptation, à lintérieur le contexte français actuel (états généraux du l’alimentation1), dorient d’améliorer le fonctionnement des filières avec une meilleure coordination entre les acteurs. En effet, l’organisation concis des filières de production agriculture influence ns performance économique et les qualité des produits (Raynaud et al., 2005). Ns filière coordonnée permet du gagner en efficacité et d’améliorer les concordance du l’offre aux production aux produits et ns la demande du consommateur (Coronado et al., 2010). La ajustement formalisée entre les acteurs est actuellement faible ; seul 5 à 20 % des transactions d’animaux vivants (broutards hay taurillons) s’effectuent sous contracté (Marty et al., 2015). Aux plus, les pratiques la publicité concernant das transactions ns broutards sont adéquat méconnues. Pourtant, les interactions technique entre esquive deux étapes aux production des jeunesse bovins de race jusquà viande sont majeures pour la gestion sanitaire des dopération respiratoires. Ns protocole ns vaccination raisonné suppose plus celle-ci cest un réalisée à la maison le naisseur donc que les animal connaissent des bronchopneumonies infectieuses à fort impact économiquement en lieu de travail d’engraissement (Assié et al., 2009). Une partie des broutards obtenir encore aujourd’hui des antibiotiques du manière systématique und préventive venir moment ns la endroits en lots. Les engraisseurs ils recherchent à commandement le risque élevé de dopération respiratoires en raison aux stress lié à sevrage, venir transport, à la endroit en tant beaucoup, tellement d’animaux provenant d’élevages différent lorsqu’ils reçoivent das animaux. Les pratique d’antibiothérapie ne respecte pas esquive objectifs ns bonnes pratiques demander par esquive pouvoirs publics convectif une diminution utilisation des antibiotiques.


3Face à celles constats, il apparaît ainsi comme primordial du comprendre le ou esquive systèmes d’organisation du marché des jeunes bovins ns boucherie en France, afin d’identifier les leviers d’action possible convecteur un maintien de la compétitivité du secteur assez en répondant du objectifs ns santé publique. Comment? ou quoi est organisé ce marché ? et quelle est l’efficacité aux l’organisation courant du marché des broutards en la france en termes aux gestion aux la donation sanitaire des animaux ? L’objectif de ce travail de chercher est l’étude de l’impact du l’organisation aux la filière pour la circulation aux l’information à lintérieur la département bovin viande et d’environ les sentraîner sanitaires aux ce secteur. L’analyse s’appuie pour l’exploitation du données collectées pendant d’une interviewé originale avec d’éleveurs naisseurs, naisseurs-engraisseurs und engraisseurs, afin aux caractériser esquive transactions ns broutards et la garder en compte ns leur santé dans celles transactions.

4Dans un premièrement temps, ce action présente l’organisation économique et géographique ns la filière, permettant ns comprendre le rôle clé des commerciaux dans l’ajustement logistique du l’offre des naisseurs et du la avoir besoin des engraisseurs. à lintérieur un seconde temps, ce terrain détaille das différents modes ns coordination verticale convecteur les ventes de broutards ainsi que esquive préférences des éleveurs tandis que des transactions. Enfin, une description concéder fine des pratiques actuelles permet du comprendre l’importance ns la qualité du transmission d’information lors des transactions pour la gestion ns la sois béni des broutards rang la abordés d’usage d’antibiotiques en élevage.

daccueil économique de la la faculté des jeunes bovins du race jusqu’à viande

1. La viande bovine, produit des bétail laitiers et allaitants

5Au sein de l’élevage bovin français, conditions météorologiques dénombre courant 7,7 millions de vaches (FranceAgriMer, 2018a), réparties presque jusqu’à moitié entre esquive vaches laitières et esquive vaches allaitantes, auprès une fort différenciation géographique des cheptels rang productions. Ns cheptel laitier observé une baisse tendancielle, au contraire mais le cheptel allaitant observe ns décapitalisation progressive d’environ les dernières années (-1,8 % du baisse aux 2016 jusqu’à 2017). Les figure 1 représente, pour 2017, das volumes d’animaux présents dans das troupeaux bovins français. Das veaux femelles sont destinés en priorité à renouvellement des cheptels, et ce davantage en département laitière (77 %) qu’en conférenciers viande (46 %), contraire une part infime convectif les mâles plan à la breuning (2 à 3 %). Les plupart des veaux mâles laitiers sont élevés comme veaux du boucherie (à 64 %, anti 11 % seul des femelles laitières, und 5 jusqu’à 7 % des veaux allaitants). Il résulte plus les gros bovins viande produits sont origine i) des vaches aux réforme (filière du lait et viande), ii) des bœufs castrés des deux filières (pour une part infime), iii) des veaux femelles restes des deux filières après prélèvement convoque le renouvellement aux cheptel (12 % des femelles laitières rang 49 % des femelles allaitantes), iv) des veaux mâles les produits laitiers restants après prélèvement convectif la breuning et vente des veaux de boucherie (34 %), et v) des veaux mâles ns la filière allaitante (87 %), abattus en moyenne prédécesseur l’âge ns 17 mois.

6La suite ns l’article traite du ces derniers, lequel représentent l’essentiel des flux ns la filière viande, notamment jusqu’à l’export, et sur lesquels repose une partie significatif des défi de réduction d’usage systématique d’antibiotiques en la faculté bovine. Par convention, ils seront par la suite désignés sous les terme ns jeunes bovins de race jusqu’à viande.

2. Organisation géographique du la département des jeunes élevages race jusquà viande en France

7Chaque année, alentours deux millions de broutards race jusquà viande sont produits en France. La opération s’organise en deux étapes : la accoucher puis l’élevage jusqu’au sevrage ns broutards race jusqu’à viande âgés de 6 jusquà 9 mois, alors l’engraissement et l’abattage des taurillons yonsei de 12 jusquà 24 mois haute (figure 1). Les débouchés confiance en soi situent principalement à l’export, soit avant l’engraissement (la moitié), soit cette l’engraissement et abattage (CNE rang IDELE, 2016). Dans une majorité des cas, das deux étapes de la production aucun intégrées : das broutards sont élevés chez un naisseur, après engraissés à la maison un engraisseur. Conditions météorologiques dénombre donc 11 900 exploitations du naisseurs-engraisseurs convectif 49 700 exploitations du naisseurs qui l’achat 12 700 exploitations d’engraisseurs.


Figure 1. Représentation des productions de bovins français

*

8À l’exception des élevages naisseurs-engraisseurs, das deux étapes aux production (naissage alors engraissement des broutards) sont géographie séparées. ça répartition géographique des étapes aux production s’explique employé par les conditions pédoclimatiques rang d’élevage des territoires concernés. La fabrication des broutards est majoritairement située à lintérieur le Massif quartier général et le sien pourtour (figure 2). En effet, l’activité ns naissage est basée sur des système extensifs de pâturage, plus adapter aux conditions pédoclimatiques et pour qualité des terres du ces régions. L’engraissement des broutards est daction localisé à lintérieur l’Ouest rang l’Est du la France, ainsi qu’en Italie ns Nord. Les moitié des broutards produit en france sont exportés, dont ns large majoritaire vers les vallée du Pô (72 %) (CNE et IDELE 2016). Cependant, concernant l’Ouest aux la France, la rivaliser sur l’usage des terres agricole est importante. L’engraissement des animaux en imeuble permet donc de limiter das surfaces agricoles utilisées, assez en valorisant des fourrages et coproduits des des cultures céréalières, à élevée valeur énergétique alimentaire (figure 2). En termes de nombre d’acteurs, les secteur ns l’engraissement dorient moins se concentrer géographiquement que ns secteur aux la production ns broutards (Interbev, 2018).

9Ce système est rendu possible par le faible coût ns transport des broutards. Pour un trajet d’environ 350 km, le coût par broutard est pour 3 % aux prix de l’animal bruyants un jeter du transporté d’animaux de la filière. La réglementation européenne autorisé par ailleurs des transports ns 9 heures sans destruction ou abreuvement des broutards (Moffat, 2011).


Figure 2. Répartition nationale français des vaches jusqu’à viande (gauche) und jeunes bovins race jusqu’à viande (droite) en France

*

3. Organisation ns marché : servir et demande, rouleau des intermédiaires

10La département est donc marquée par d’un dichotomie des structures d’exploitations entre bovins naisseurs et engraisseurs : éloignement géographique et dimension d’exploitations plus réduites dans la maison de les naisseurs, causant une offre virtuellement fragmentée d’animaux du caractéristiques hétérogènes. Afin du mettre en adéquation suggestion des naisseurs und la demande des engraisseurs, la la faculté a généralement recours au service d’opérateurs publicité intermédiaires (e.g. négociant en bestiaux, maquignon), qui ont convoque rôle achat et ns rassembler das broutards venant d’élevages naisseurs différents, puis aux les collecter en de nombreux d’animaux homogènes en termes de conformation et poids (allotement) afin aux satisfaire la exigence des engraisseurs.

11Ces classe moyenne jouent ainsi un rôle essentiel dedans la formation aux marché aux bovins vifs en France, par la emplacement en cohérence aux l’offre et de la demande d’animaux. Toutefois, ça organisation du filière, quoiqu’essentielle, présente de construction des faiblesses sur le destiné des risque sanitaires encourus par esquive bovins et dessus la dévolution des informations sanitaires entre les naisseurs et les engraisseurs. En effet, ns mélange et ns transport d’animaux sont des les facteurs importants de stress et peuvent être le mouvement de l’expression aux maladies (notamment respiratoires). Du plus, la mise en la communication d’animaux d’origines diverses favorise la dévolution à grande bouffleur d’agents pathogènes (Bach et al., 2011 ; Cernicchiaro et al., 2012).

12L’organisation ns commerce de broutards en la france est peu concentrée. Les déconcentration du secteur et la relative absence de cotations nationales apparaissent comme des freins for transmission aux l’information pour les caractéristique des animaux. Das commerciaux appartenir à à des structures privées indépendantes (1 300 en France) ou à des organisations du producteurs publicité (113 OPC en France) (ministère aux l’Agriculture et du l’Alimentation, 2019). Celles organisations ns producteurs contrôlaient en 2009 46 % des volumes ; 20 % d’entre elles concentraient clairement 34 % des le volume (Malpel et al., 2012). Des organisations du producteurs non commerciales (35 OPNC en 2007, Malpel et al., 2012) structurent ns secteur, facilitant la mise pertinent et la négociation entre éleveurs et commerciaux par la emplacement en place du démarches filières valorisantes, du cahiers du charges cadre et d’informations ns marché. Ces démarches ont toutefois un impact limité du fait d’une part du la nécessité du respecter esquive règles aux concurrence, remarquable vis-à-vis ns l’entente pour les prix, et d’autre part ns leur faiblesse concentration (20 % des OPNC contrôlaient 15 % du secteur en 2009) (Malpel et al., 2012). Convectif pallier cet état ns fait, ns partie des OPNC oui entamé puisque 2014 ns agrégation marché à lintérieur le réseaux ELVEA auprès une accréditation unique au sein ns l’organisation commune de marché. Malice la poursuites continue aux la concentration des OPC et OPNC en en amont de la filière, leur poids du négociation reste relatif venir regard de la concentration en aval des industries aux l’abattage et ns la transformation (4 acteurs représenter 68 % des volumes) (Reffay et al., 2017).

4. Implication ns la filière dans la lutte contraire l’antibiorésistance

13Par ailleurs, ns préoccupation aux lutte contre l’antibiorésistance orient récente dans les stratégies affichées ns la filière. Ainsi, la charte de bonnes pratiques d’élevage Interbev (suivie convoque 77 % des élever mais ne sont pas contraignante) ne mention qu’un ordinaire sanitaire conforme à la réglementation et ns fait du signaler aux acheteurs les incident sanitaires pouvant de des incidents dessus la qualité de produit (résidus médicamenteux). Eux engage jusqu’à contractualiser sur le produit, sa qualité, le sien coût, sans mention des contingences sanitaire (FNB et FNPL, 2011). Ns thématique du diminution des antibiotiques dedans la département bovine n’était pas encore traitée à niveau d’Interbev en 2017 (Reffay et al., 2017). Sur année scénarios prospectifs collaboratifs de la filière élever viande à horizon 2050, leur mettent l’accent d’environ la traçabilité, mais non dessus la traçabilité sanitaire (FranceAgriMer, 2018b).

14Toutefois, le destinées filière élaboré à les suite des États généraux du l’alimentation mentionne esquive efforts reconnu par ns filière à lintérieur le cadre aux plan Ecoantibio et prévoit ns création une groupe de terrain idoine au sein de la la faculté en 2018, en mentionnant explicitement la préparation sanitaire des broutards (Interbev, 2017) und la emplacement en carré d’observatoires de la consommation d’antibiotiques est affichée à lintérieur le Pacte convoque un engagement sociétal aux la filière (Interbev, 2019).

Voir plus: La Banque Postale Mon Compte Banque Postale En Ligne La Banque Postale

structure et méthodes
2 das questionnaires sont disponibles sur demande de auteurs.

15Préalablement jusquà l’élaboration des questionnaires d’enquêtes, 54 entretiens qualitatifs semi-directifs ont lété réalisés avec d’acteurs ns la conférenciers allaitante. Eux ont l’autorisation la construction ns trois questionnaires différents2 : un convectif des naisseurs spécialisés ; un convectif des engraisseurs spécialisés ; un pour des naisseurs-engraisseurs.


16Les questionnaires des biens construits sur des paradigme similaires, 80 % des questions des biens identiques dans esquive trois questionnaires. Das questions portaient sur nom des exploitations et du leur activité, des volumes aux production und d’achat-vente – dont la taille des tant beaucoup, tellement commercialisés –, des modalités ns commercialisation (fréquence, interlocuteurs concernés, niveau du formalisation), des pratiques sanitaires catastrophique en carré et des conseillers sollicités. Das modalités ns formalisation ont été décrites sans pour autant détail ; par exemple, la fréquentation ou non aux cahier des charge ou les mise connecté avec via une OPNC n’ont pas été détaillées à lintérieur le questionnaire und n’ont fait l’objet d’aucune annoté spontanée des répondants. En terme de l’analyse des des risques sanitaires imputables à l’organisation ns la filière, la description des sentraîner sanitaires a porté sur les pratiques aux vaccination et d’antibiothérapie, dessus la endroit en place une transition alimentaire, dessus la endroits en place une quarantaine, et sur la vente hay l’achat de lots de même origine. Esquive protocoles vaccinaux hay d’antibioprévention n’ont pas été détaillés ; seule de toi mise en ouvrages dart a lété repérée. En revanche, nom des échanges dinformation a été reconnaissance fine, und inclut ex la fréquentation d’information dessus les pratiques aux sevrage ou esquive épisodes hygiène précédant la transaction. Une focus d’environ la meilleur vente und la incapable vente aux l’année a été obtenir pour affiner das résultats. Partie questions à propos des point particuliers ont été personnalisé à tous population visée.

17Les questionnaires ont été testés de toi fois auprès de chaque joli d’acteur avant leur diffusion. Une première malfaisant large ns questionnaire a lété faite par voie d’e-mail, via les listes d’adhérents pour vingt Groupements aux Défense sanitaire (GDS, structures départementales). Au vu ns faible taux du réponse, das questionnaires ont alors été renseignés venir téléphone par quatre étudiant étudiant en lécole d’agronomie rang un ingénieurs agronome. Das coordonnées d’éleveurs ont été collectées via des recherches internet, des organisations de producteurs, des marchés de bestiaux, l’école vétérinaire aux Nantes et des vétérinaire libéraux. Les contact ont aussi pu matin obtenus grâce venir réseau ELVEA, das coopératives, les réseau Inosys des chambres d’agriculture. Ns période de collecte des les données s’est étalée entre avril und novembre 2017.

18Un total ns 221 questionnaires a été complété, à lintérieur 96 naisseurs, 72 naisseurs-engraisseurs und 53 engraisseurs et dessus la totalité de la la france (figure 3).


Figure 3. Répartition géographique des éleveurs ayant répondu à questionnaire prématuré tri

*

résultats

19Cette partie présente les résultats détaillés de l’enquête menée venir sein aux la conférenciers bovine française. Del la présentation ns statistiques descriptives, conditions météorologiques nous attardons dessus l’analyse des caractéristique des transactions, puis pour la transmission de l’information lors aux négoce, et enfin nous terminons notre analyse par l’étude du cas privé des naisseurs-engraisseurs.

1. Résultats descriptifs

20Les résultat descriptifs ns l’enquête sont présent ci-dessous. Ns tableau 1 présente les constitution ns l’échantillon en termes du représentativité des types d’ateliers enquêtés. Non des séminé n’est sous-représenté, même dans certains cas les naisseurs sont rapport moins bien représentés que les est différent (0,2 % compare à 0,6 % et 0,4 %). Les volumes aux production des séminé sont en conformité avec les statistiques nationales.

Tableau 1. Caractéristiques des exploitations ns l’échantillon


3 Interbev (2018) ; CNE und IDELE 2016 ; CNE et IDELE (2017).

-

Naisseurs

Naisseurs-engraisseurs

Engraisseurs

Nb. France3

49 700

11 900

12 700

Échantillon

%/France

96

0,2 %

72

0,6 %

53

0,4 %

Volume

Moy.

85 vêlages

<14-740>

71 vêlages

<8-240>

67 taurillons

<10-225>

273 taurillons

<40-2000>

Actifs Moy

2 ETP

<1-15>

2,5 ETP

<1-12>

2,5 ETP

<1-6>


Source : les auteurs.

21Comme le montre ns tableau 2, ns race dominant est le charolais convecteur les naisseurs (61 %) et esquive engraisseurs (74 %). Nom de famille est surreprésentée à lintérieur notre échantillon. Das races élevées par das naisseurs-engraisseurs sont reconnaissance diverses (Charolaise : 31 %, Limousine : 31 %, Blonde d’Aquitaine : 18 %).

Tableau 2. Représentativité des races à lintérieur l’échantillon

Répartition race allaitant

Naisseurs

Naisseurs-engraisseurs

Engraisseurs

Échantillon

France

Charolais

61 %

31 %

74 %

54 %

31 %

Limousin

15 %

31 %

9 %

19 %

23 %

Blonde d’Aquitaine

7 %

18 %

9 %

11 %

10 %

Autre : Salers, Blanc-Bleu, Parthenaise, Abondance, croisement

17 %

21 %

8 %

16 %

36 %

Total général

100 %

100 %

100 %

100 %

100 %

Source : das auteurs.

22La division géographique des éleveurs aux l’échantillon respecte les répartition pour les bassins traditionnels ns production, mais la aires Pays aux Loire dorient surreprésentée und la gammes Nouvelle Aquitaine sous-représentée (tableau 3 rang figure 3).

Tableau 3. Représentativité des régions dans l’échantillon

Répartition géographique bétail viande

Échantillon

France

Nouvelle Aquitaine

11 %

22 %

Auvergne-Rhône-Alpes

14 %

16 %

Bourgogne-Franche-Comté

16 %

13 %

Occitanie

9 %

13 %

Pays aux la Loire

26 %

11 %

Grand Est

9 %

7 %

Normandie

3 %

6 %

Centre-Val ns Loire

1 %

5 %

Autres

11 %

7 %

Source : esquive auteurs.

23Les éleveurs de l’échantillon oui des profils comparables fort leur spécialisation de naisseur, naisseur-engraisseur foins engraisseur (annexe 1).

2. Description des caractérise des transactions pour le marché des broutards und implications

Volumes ns broutards échangés

24Les résultats de l’enquête démontrer que les naisseurs ont des la fréquence et des volumes aux commercialisation des broutards considérable moins importantes que das engraisseurs (p-value

*

Agrandir d’origine (png, 42k)

Figure 5. Répartition des modes du coordination existant pour les transactions en amont (broutards) ns la département des jeunes élevages race jusquà viande (% d’élevages)

*

Agrandir original (png, 59k)

26Au total, esquive commerciaux appartenir à un organisme touchent 65 % des éleveurs et représentent 56 % des animaux échangés ; les la publicité privés indépendant touchent 55 % des éleveurs et représenter 36 % des masse échangés. L’achat foins la revenu d’animaux par les marché de bestiaux est limite parmi das éleveurs du l’échantillon (0,5 % comme seul mode de commercialisation, 3 % en parallèle du commerciaux), quelle que soit de toi spécialisation ; cette représente seulement 2 % des animaux échangés. Mais ce nombre ne reflète étape la proportion réelle aux broutards transitant par das marchés du bestiaux là certains la publicité utilisent les marchés convoque revendre foins s’approvisionner en broutards avec d’autres commerciaux, nai pas en informer nécessairement esquive éleveurs. Partie éleveurs oui recours à une marché dite mixte, à à savoir qu’ils font appel à plusieurs interlocuteurs foins utilisent plusieurs circuits ns commercialisation en inenvisageable (e.g. la publicité et marché ns bestiaux, publicité et transaction direct entre éleveur, etc.). Une attentif particulière a été portée de transactions directes entre éleveurs, en raison aux leur effacée en termes de gestion sanitaire. Peu d’éleveurs y recourent profitez-en mode directement partiel ou total d’approvisionnement (5 % des éleveurs), ce qui s’explique en partie par l’éloignement géographique des zones ns production. Maïs en espèces les éleveurs interrogatoire des transferts directs à deux commercial, on les données 10 % d’éleveurs ayant recours à une relation directe entre naisseurs et engraisseurs convecteur tout foins partie aux leurs achats aux broutards, mais sur du petits masse (6 % des animal échangés à total).

Le niveau du formalisation

27Les pratiques du coordination longitudinal observées dans l’échantillon confirmer la faible proportion ns transactions effectuées à lintérieur le squelette d’une contractualisation formelle. Cependant, une majorité aux transactions impliquent une contractualisation informelle, d’où les acteur commercent dessus le longue terme et avec un niveau du fidélité adéquat important. Seules 20 % des transactions sur les achats-ventes ns broutards confiance en soi font avec un comportaient formel écrit, systématiquement avec une organisation du producteurs. D’un partie ns ces contrats inclut ns exclusivité pour la revente et peut am conclue entre trois portion (engraisseur, organisation ns producteurs, abatteur) 80 % des éleveurs ne formalisent pas leurs échanges commerciaux par un contrat formel démunis (figure 6). Das différences de contractualisation entre les différents taper d’éleveurs sont statistiquement significatives (p-value

*

Agrandir d’origine (png, 58k)

Source : données du l’enquête.


Figure 7. Perception des éleveurs du leur facilité du négociation ns prix des broutards foins des taurillons race jusquà viande (%)

*

Agrandir original (png, 34k)

Source : données de l’enquête.


3. Transmission ns l’information und l’évaluation aux la qualités des broutards


34L’information ne circuit pas à lintérieur la la plupart du temps des cas entre les naisseurs et esquive engraisseurs5, ce qui a des répercussions dessus la gestion du la santé des animal au sein aux la filière.


Figure 8. Impact du mode du commercialisation sur la transmission du l’information géographique : information sur la destination ou la provenance des animal chez les naisseurs, engraisseurs und naisseurs-engraisseurs avec acheter (n = 161)

*

Agrandir d’origine (png, 37k)

Source : données ns l’enquête.

Voir plus: Maladie De Charcot Marie Tooth Type 1, Maladie De Charcot


*

Agrandir original (png, 27k)
Agrandir original (png, 45k)
Agrandir original (png, 30k)

Source : données aux l’enquête.